Ecrire sur I’œuvre d’un artiste contemporain est toujours un exercice difficile. En effet, l’écriture fige le plus souvent le présent ou le passé et prend la forme d’un bilan, presque d’une conclusion, sur I’œuvre de l’artiste. En l’occurrence, lorsque celui‑ci est encore en vie, il est délicat de faire une synthèse sur un art qui continue d’évoluer au jour le jour et qui fait émerger régulièrement des œuvres nouvelles. Cependant, après quinze années consacrées à son art, le moment est venu de tirer un bilan, certes partiel, de I’œuvre de ce sculpteur devenu familier sinon notoire pour un publie de plus en plus nombreux. 
Vassil entre chaque jour un peu plus dans le monde très fermé des maîtres de l’art animalier, dans le cercle restreint de ceux qui ont choisi et réussi à faire de l’animal leur sujet de prédilection et leur principal moyen d’expression. Vassil est devenu une référence au cours des années dans les salons animaliers mais aussi dans les salons parisiens où un public croissant apprécie son œuvre. L’année 2004 a été en soi un tournant puisque Vassil a reçu deux récompenses de taille pour son travail : le prix Sandoz, la reconnaissance nationale la plus importante pour un sculpteur animalier, et le prix du public « wild in naturr », prestigieuse récompense européenne. 

Vassil est un artiste désormais reconnu dans le domaine animalier. Il a acquit une reconnaissance du public et des acheteurs de l’art en général lui trouvant des similitudes avec Barye ou Mène. Il est donc temps de tenter d’analyser ce qui fait son succès, ce qui fait qu’un public pas toujours sensible à l’animal apprécie cette œuvre et pourquoi nous sommes touchés par son art.

Pour comprendre ce succès, il faut souvent revenir à l’origine du travail de l’artiste c’est‑à‑dire à son propre vécu et à son propre ressenti. Loin d’être un déballage de sa vie, ce petit livre, qui veut correspondre à l’artiste pudique et modeste, retracera le parcours artistique de Vassil mais aussi l’histoire d’un certain nombre de ses créations qui permettront au lecteur de le comprendre. 

Biographie et parcours artistique 
Vassil naît en 1949 dans une famille modeste de l’est parisien. Il développe très jeune une volonté de s’en sortir et le goût de la découverte. Très jeune aussi, il s’intéresse à l’art et notamment à la peinture qu’il pratique dès qu’il reçoit un salaire suffisant pour s’acheter du matériel. Cette connaissance de la peinture et du dessin est l’une des bases de son art. 

Il découvre la sculpture tardivement, il y a quinze ans. Comme toujours, Vassil, loin d’être effrayé par les conventions et un art que tous trouvent a priori peu facile, se lance dans la taille de la pierre. Il s’y jette à corps perdu, y consacre tous ses loisirs et ses vacances avec la rage de s’exprimer, d’aller plus loin dans un art où la difficulté est réelle. Bien entendu, dans cette recherche d’absolu qui caractérise Vassil, le travail de la pierre devient très vite le travail du marbre, plus fin, qui permet plus de précision. 

Déjà, il cherche le détail qui fera l’expression, car son travail est résolument et, dès le départ, figuratif. Après cinq années de recherches, Vassil change de technique car celle de la taille ne suffit plus à son travail et à ses projets. Dans son désir d’exprimer plus d’émotions et de donner plus de mouvement à son travail, il adopte la technique du modelage . La terre cuite lui permet ainsi d’aller plus loin dans ses envies et de créer certaines pièces qui lui ont ouvert la porte des expositions et de la reconnaissance. 

Dès ce moment, l’orientation de son travail devient plus animalière. Des pièces comme L’éducation et Serengeti lui valent de nombreux prix. Elles lui permettent aussi de montrer son approche particulière et originale de l’art : le soin porté sur le mouvement et sur l’expression donne à la sculpture une vie peu commune qui est remarquée dès les expositions du début de sa carrière.

Le choix de l’animalier ne devient cependant définitif qu’au moment du passage à la technique du bronze. On peut même penser que ce changement de technique n’avait de sens que pour son travail et son approche de l’art animalier.

Le bronze lui a permis d’aller au bout de ses envies notamment pour ses recherches dans le domaine du mouvement. Depuis, le travail et I’œuvre de Vassil ont pris tout leur sens, et des pièces aussi originales et spectaculaires que L’envolée des impalas ou Deux guépards en chasse ont pu être réalisées.

Vassil est donc un autodidacte. Mais c’est une chance qui lui évite sans doute d’être enfermé dans un carcan académique, et lui donne plus de liberté pour créer. C’est ainsi qu’il a eu l’audace d’une pièce comme les Deux guépards en chasse qui tiennent sur un point unique et échappe à toutes conventions. Il ne doit cette possibilité de création qu’à son absence de préjugés. Son oeuvre est le reflet d’une démarche particulière.

Démarche artistique
Le choix de l’animal comme sujet unique de I’œuvre de Vassil n’est pas dû au hasard et ne répond pas à un souci d’esthétisme particulier. L’animal est, pour lui, un moyen d’exprimer plus facilement ce qu’il n’aurait pu faire avec un autre sujet. Il y a une liberté plus grande à communiquer à travers le prisme de la vie animale.

Bien entendu cela correspond aussi à une vision particulière et particulièrement contemporaine de l’animal et de sa place dans nos sociétés. Comme beaucoup, Vassil considère l’animal comme un être à part entière, unique. Il est donc un véritable sujet pour son œuvre dans le sens qu’il est actif et ressent les choses. La familiarité voire la parenté que nous avons avec eux, même si elle est lointaine, le touche. Pour lui, nous partageons avec eux des sensations et des sentiments primaires. Leur représentation nous ramène donc à notre propre existence, nos propres problèmes, nos propres désirs et émotions. Vassil parvient à comprendre et à transmettre la force des émotions originelles communes à la grande famille animale dans laquelle il inclut bien évidemment l’homme ; une vie difficile, une lutte permanente pour survivre entrecoupée de quelques moments de tendresse, de calme ou de jeu qu’il aime mettre en scène.

Dès le début, l’expressivité et le mouvement caractérisent I’œuvre de Vassil . Il se démarque de la vision des maîtres des siècles passés, pour qui l’animal était un bel objet dont il s’agissait de restituer, dans la plus pure exactitude, la beauté ou la cruauté qu’on leur attribuait. Vassil n’est pas non plus un naturaliste. Il préfère développer son œuvre autour de sciences nouvelles comme l’éthologie qui permet une meilleure compréhension de l’animal pour rester crédible dans une situation. Le regard joue aussi un rôle important; il implique parfois le spectateur dans I’œuvre qui semble l’interpeller et qui le positionne avec une certaine empathie.

Sandrine Vassileff

 

 

Contact : contact@vassil.fr
Adresse :
Atelier 17

17 rue de l’arc de triomphe
75017 Paris
Téléphone : 
01 44 09 93 14

 

 

Site officiel : http://www.vassil.fr/

 

accueil
.

Editions Abbate-Piolé

A propos de nous

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam.

Where we are
© 2016 Art Animalier - All Rights Reserved